L’Évangile ésotérique de Saint Jean



Au fil de mes lectures..... !

Réflexions ésotériques autour du livre de Paul Le Cour : L’Évangile ésotérique de Saint Jean

 


C'est le prologue du 4e Évangile qui renferme les principaux éléments de la gnose johannite chrétienne. Ce " Prologue " est composé de 18 premiers versets qui sont:

1) Au commencement était le Verbe ( le Logos, la Parole ) , et le Verbe était auprès de Dieu (o Théos) et le Verbe était Dieu (Théos );
2) Il était au commencement auprès de Dieu;
3) Par lui tout a paru, et sans lui rien n'a paru de ce qui est paru;
4) En lui était la vie, et la vie était la lumière des hommes;
5) Et la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas arrêtée;
6) Parut un homme envoyé de Dieu, son nom était Jean;
7) Il vint en témoignage, pour témoigner au sujet de la lumière, afin que tous crussent par lui;
8) Celui-là n'était pas la lumière, mais il devait témoigner au sujet de la lumière;
9) La lumière, la véritable, qui illumine tout homme, venait dans le monde;
10) Il était dans le monde, et par lui le monde a paru, et le monde ne l'a pas connu;
11) Il est venu chez lui, et les siens ne l'ont pas accueilli;
12) Mais à tous ceux qui l'ont reçu, il a donné pouvoir de devenir enfants de Dieu, à ceux qui croient en son Nom;
13) Qui ne sont nés du sang, ni d'un vouloir de chair, ni d'un vouloir d'homme, mais de Dieu;
14) Et le Verbe est devenu chair, et il a séjourné parmi nous. Et nous avons contemplé sa gloire, gloire comme celle que tient de son Père un fils unique, plein de grâce et de vérité;
15) Jean témoigne à son sujet et il crie: " C'était celui dont j'ai dit: Celui qui vient après moi est passé devant moi, parce que, avant moi, il était.";
16) Car de sa plénitude nous avons tous reçu, et grâce sur grâce;
17) Car la Loi a été donnée par Moïse, mais la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ;
18) Dieu, personne ne l'a jamais vu; un Dieu, Fils unique qui est dans le sein du Père, celui-là l'a fait connaître.

( Traduction du Chanoine E. Osty de l'Institut Catholique de Paris ).

N.B. Voici la version sabéenne du texte ci-dessus présenté

Concerne : Prologue de l’Evangile de Jean 

1) Au commencement le Soleil était auprès de la planète Saturne dans la constellation des deux Poissons (nous sommes alors en l’année +25) jusqu’à un faire un avec elle.

2) Le Soleil était au commencement auprès de la planète Saturne (Père d’un Fils qui est ici le Soleil durant son déplacement le long de la ligne de l'Ecliptique, et qui était en train de s’approcher du Point Vernal).

3) Le Soleil étant à la hauteur du Point Vernal, durant son déplacement le long de la ligne de l'Ecliptique, tout parut grâce à une planète Sarturne qui se tenait elle aussi à cette hauteur.

4) En la planète Saturne était le Soleil, expression à la fois du Verbe (ou Logos) et de la Vie.

5) le Soleil brillait dans des ténébres représentées ici par la Voie Lactée située du côté du Scorpion et du Sagittaire (prouvant par là qu’il n’avait pas encore traversé les constellations du Capricone et du Verseau, avant de rejoindre la planète Saturne dans les deux Poissons).

6) Parut un homme envoyé par la planète Saturne qui était, sous le nom de Jean [le Baptiste] la planète Mercure.

7) Cette planète-là faisant une boucle (en l’année +25), dans les deux Poissns, elle s’approcha, entre autres planètes, de la planète Mars, afin de lui montrer que le Soleil arrivé vers elle était le Messie annoncé par les prophètes de l’Ancien Testament

8) La planète Mercure au lieu d’être « la lumière », témoigna que le Soleil (qui était cette lumière) était présente, désormais (ici sous les traits du Messie) parmi les autres planètes du système solaire

9) Le Soleil, après avoir été baptisé par la planète Mercure durant son passage dans le bleu du planisphère céleste situé entre la Voie Lactée située côté Scorpion Sagittaire d’un côté, et la Voie Lactée située côté Taureau Gémeaux, de l’autre, pénétra dans un monde qui renvoyait lui-même à la partie non dense de la Voie Lactée située côté Taureau Gémeaux.

10) et 11) Le monde qui n’avait point reconnu, dans le Soleil, le Messie, était représenté par les étoiles du Taureau, d’Orion et du Cocher ( toutes appartenant ici à la Voie Lactée située côté Taureau Gémeaux - expression, sur le planisphère céleste, d’un endroit qui était non seulement la Terre, mais un espace qui, dans cette Terre-là, renvoyait à la Palestine du 1er siècle)

12) Ceux qui avaient reçu le Soleil comme le Messie, étaient les autres planètes du système solaire

13) Ceux nés du Sang de Dieu étaient les planètes autre que Saturne (expression ici du Dieu Père) durant leur passage dans la Voie Lactée située côté Taureau Gémeaux.

14) le Soleil avait quitté le Plérome (ou Jardin d’Eden) situé devant la partie non dense de la Voie Lactée située côté Taureau Gémeaux, au moment de descendre sur Terre (ou, ce qui revient au même, au moment pénétrer dans la partie non dense susmentionnée).

15) et 16) Flash back ici, de l’Evangile de Jean, lorsqu’il fait dire à Jean le Baptiste : « C'était celui dont j'ai dit : Celui qui vient après moi est passé devant moi, parce que, avant moi, il était ». 

Ici, Jean Baptiste était une planète Mercure qui précédait - momentanément - le Soleil durant l’arrivée de celui-ci (nous sommes en l’année +25) dans les deux Poissons, et qui se fera dépasser, dans ces mêmes Poissons (expression du Point Vernal s’agissant du Poisson de Gauche), par le Soleil en raison de la boucle qu’elle avait effectuée, cette année, dans cette constellation, le tout sous les yeux des planètes Vénus (expression de la Grâce de Dieu), Mars (expression de la Droiture ou de la Vérité de Dieu) et Saturne (cette dernière étant représentée par Dieu le Père en personne).

17) le Soleil, expression de la Loi, avait été donné par la planète Mercure (représenté ici par Moïse) au moment de pénétrer dans la partie non dense de la Voie Lactée située côté Taureau

18) Dans la mesure où, avec ce verset, l’Evangile de Jean était revenu à l’époque de Jean Baptiste et de Jésus, il se truve que la planète Saturne (représentée ici par Dieu) stationnait déjà dans les deux Poissons (expression du Point Vernal), durant son déplacement le long de la ligne de l'Ecliptique, quand les planètes Mercure, Vénus, Mars et Soleil traversaient la Voie Lactée (située ici du côté du Sagittaire), durant leur propre déplacement respectif le long de la ligne de l'Ecliptique.

Avec ce résultat que celles-ci n’avaient pas encore connu Dieu à cet instant.
 

En résumé voici les grandes lignes du livre de Paul Le Cour "L'évangile ésotérique de saint Jean " présenté par Jacques d'Arès, Ed .Dervy,2002

a) Sur le Prologue et sur la nature du Christ:

Le Christ n'est pas le Dieu suprême

Le Logos, le Christ créateur de notre système solaire, n'est pas le dieu universel, le Dieu tout-puissant, mais le Dieu des religions solaires, le démiurge intermédiaire entre l'Homme et Dieu.
Ceci résulte de la distinction faite dans le Prologue, entre le Dieu suprême, désigné par le Dieu ( o Théos) et le Logos ( le Verbe) qui est seulement un Dieu ( Théos).

Tandis que les trois Évangiles, dits synoptiques, font du Christ le Messie attendu par les Juifs, l’Évangile johannite nous parle du Logos incarné sur la terre, lequel est un intermédiaire entre l'homme et Dieu.

Dans ce 4e Évangile , le Christ lui-même , ne cesse de déclarer qu'il est l'envoyé de celui qu'il appelle son Père, lequel est plus grand que lui et dont il accomplit la volonté :

Quelques exemples:

* Chapitre 5, 19, le Christ déclare: " Le Fils ne peut rien faire de lui-même, mais seulement ce qu'il voit faire au Père, car ce que Celui-là fait le Fils aussi le fait pareillement."

* Chapitre 6, 46, il déclare être le seul à avoir vu le Père.

* Chapitre 4 ,34 , alors qu'on l'invite à prendre de la nourriture, il répond: " Mon aliment c'est de faire la volonté de Celui qui m'a envoyé et d'accomplir son oeuvre."

* Chapitre 5, 23 : "Celui qui n'honore pas le Fils, n'honore pas le Père qui l'a envoyé. Je ne puis moi, rien faire de moi-même...je ne cherche pas ma volonté à moi, mais la volonté de Celui qui m'a envoyé".

Aussi: " Je vais vers le Père, car le Père est plus grand que moi."
" Mon enseignement n'est pas le mien, mais de Celui qui m'a envoyé."
" Je t'ai glorifié sur la terre,en accomplissant l'oeuvre que tu m'avais donnée à faire."

C'est le concile de Nicée qui, en 325, proclama la divinité du Christ et en fit la seconde personne de la Trinité, égale au Père et Saint-Esprit, consubstantiel à Dieu.
On dira, peut-être, que le Père, dont le Christ accomplit la volonté, est la première personne de la Trinité dont il fait lui-même partie. Mais alors, quand il pris le Père, il se prie lui-même?

Le Christ n'est pas le Messie attendu par les Juifs.

Les judéos-chrétiens font du Christ le Messie annoncé par les prophètes hébreux. C'est pourquoi deux de ces Évangiles le font descendre du roi David ; mais la succession des rois d'Israël était depuis longtemps éteinte et, d'autre part, les Juifs, n'ayant point reconnu le Christ pour leur Messie, qu'ils attendent toujours, ont fait mettre à mort ce prétendu roi des Juifs, dont les enseignements étaient en opposition avec ceux de Moïse.

Le Christ est notre Dieu solaire.
En fait le Christ est le Dieu de notre système solaire et planétaire. Il n'est qu'un Dieu, parmi ceux qui dirigent les innombrables systèmes, dont le nombre, immense, nous a été révélé par l'astronomie. 
Et pour étayer cette thèse, Paul Le Cour se réfère à la Parole du Christ:
"Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon père ( IOAN,14,2 )".
Tandis que la Genèse enseignait qu'il n'existait qu'un seul monde habité, la terre, nous trouvons, dans l’Évangile johannite, une indication précise: il existe d'autres mondes habités; car c'est ce que signifie le mot "demeure". Une maison peut être inhabitée, mais une demeure ne se conçoit pas sans habitants. L'Eglise romaine, en se rattachant au judaïsme, a fait sien l'enseignement de la Bible disant que la terre seule est habitée. Elle a fait brûler vif Giordano Bruno qui avait soutenu le contraire.

à suivre...